Bibliographie - Théâtre

Catalogue des œuvres de Marguerite Yourcenar

Bibliographie complète par date / Bibliographie succinte par genre

Électre ou la Chute des Masques

Marguerite Yourcenar, Électre ou la Chute des Masques, Paris, Plon, 1954, 137 p. [Assorti d’un avant-propos de M. Yourcenar] Pièce de théâtre écrite en 1943.

Le thème est antique dans ses grandes lignes : Clytemnestre, mère d’Électre et d’Oreste, a tué Agamemnon, son mari infidèle, à son retour de la guerre de Troie. Électre, obnubilée par la vengeance, prépare Oreste au matricide vengeur. Mais – et c’est là une originalité due à Yourcenar –, au moment de s’exécuter, Oreste apprend qu’il n’est pas le fils d’Agamemnon, mais celui d’Egisthe, l’amant de sa mère. Il tuera cependant celle-ci, choisissant de rester « le frère d’Électre ».

Le Mystère d'Alceste

Marguerite Yourcenar, Le Mystère d’Alceste et Qui n’a pas son Minotaure ?, Théâtre, Paris, Plon, 1963, 277 p., pp. 10-152. (précédé d’un « Examen d’Alceste », pp. 11-45). Pièce rédigée en 1942.

Inspirée d’une légende grecque, la pièce, en un acte, raconte l’histoire d’Alceste qui, pour sauver la vie de son époux, qu’un oracle menaçait de mort, sacrifie sa propre vie. Toutefois Hercule la sauvera de justesse et la rendra à son mari. C’est le combat du héros avec la Mort qui représente la scène primordiale de cette pièce.

Qui n'a pas son Minotaure ?

Marguerite Yourcenar, Ariane et l’Aventurier (divertissement en trois actes), Cahiers du Sud, t. 19, n° 219, août-septembre 1939, pp. 80-106. Pièce rédigée en 1932.

Inspirée librement des aventures de Thésée, la pièce met en scène les 14 victimes annuelles, tribut des Grecs, offertes au Minotaure crétois. Elles s’interrogent sur le sort qui les attend. C’est l’occasion, pour l’auteur, de mettre en scène Thésée qui affronte le Minotaure et est, ici, présenté comme un héros banal qui se confronte, finalement, avec lui-même. Il emmène Phèdre à Athènes où il lui présentera son fils : Hippolyte… Retravaillée en 1944 et dans les années 50, la pièce a pris des connotations politiques et, apparaît, notamment, comme une dénonciation de l’holocauste.

Rendre à César

Rédigée en 1961 à la demande d’un metteur en scène parisien, la pièce ne paraitra que dix ans plus tard dans Théâtre I, Pari, Gallimard, 1972, pp. 7 à 134, précédée  d’une « Histoire et examen d’une pièce » et suivie d’un « Etat civil » fournissant le futur des personnages jusqu’à leur décès.

La petite sirène

In Théâtre I, Paris, Gallimard, 1971, pp. 135-172.

Rédigé en 1942 à la demande d’Austin Junior, libre retranscription du conte d’Anderssen, la Petite Sirène est qualifié de divertissement par Marguerite Yourcenar.

Pour l’amour d’un prince, la petite sirène accepte de quitter son univers et de devenir humaine, mais dit, pour ce faire, céder sa voix à al sorcière qui l’a transformée. Mais le prince, promis à une héritière de Norvège, finit par s’en éprendre, abandonnant la petite sirène qui devient oiseau.

Le Dialogue dans le marécage

Sous le titre Le Dialogue du marécage, dans la Revue de France, n° 4, 15 février 1932, pp. 637-665 [Texte rédigé vers 1930]

La pièce s’inspire d’un fait divers moyenâgeux italien : une patricienne de Sienne, Pia Toloméi, reléguée dans un château malsain par un mari jaloux qui l’y laissera mourir.

Fédération Wallonie-Bruxelles Commission Communautaire Française Région de Bruxelles-Capitale Ville de BruxellesTwitterFacebook