Bibliographie - Correspondance

Catalogue des œuvres de Marguerite Yourcenar

Bibliographie complète par date / Bibliographie succinte par genre

Lettres à ses amis et quelques autres

Marguerite Yourcenar, Lettres à ses amis et quelques autres, nrf, Paris, Gallimard, 1995, 715 p.

Cette toute première anthologie de lettres de Marguerite Yourcenar permet de mesurer la force de son engagement au monde et réserve bien des surprises posthumes.

Journal intermittent, la correspondance accomplit ici ses trois fonctions essentielles : accompagner la femme hors de l'œuvre, accompagner l'auteur dans son œuvre, faire œuvre. Autoportrait au quotidien ou exercice de connaissance de soi, les Lettres à ses amis et quelques autres content l'intimité de l'exilée de Mount Desert Island, ou de la voyageuse qui fait "le tour de la prison", depuis la dernière lettre enfantine jusqu'au mois qui précède la mort.

Courroie de transmission entre la femme de chair et la femme de plume, ces lettres ne décevront pas ceux qui s'intéressent avant tout aux secrets de fabrication, aux coulisses de des œuvres.

Elles réveilleront chez les lecteurs de Marguerite Yourcenar d'anciens plaisirs de lecture, renouvelés par un genre littéraire où ils ne la connaissent pas encore mais où ils la reconnaîtront.

D'Hadrien à Zénon. Correspondance I 1951-1956

Paris, Gallimard, 2004, 624 p. Texte établi et annoté par Colette Gaudin et Rémy Poignault, avec la collaboration de Joseph Brami et Maurice Delcroix. Edition coordonnée par Elyane Dezon-Jones et Michèle Sarde. Préface de Josyane Savigneau.

Premier de trois tomes qui doivent rendre compte de la correspondance de Yourcenar entre 1951 (sortie de Mémoires d’Hadrien) et 1968 (sortie de L’Œuvre au Noir). Ce premier volume va de 1951 à 1956. L’optique de la publication de la correspondance de l’auteur a changé : publication intégrale avec seulement repères chronologiques. Pas de thème précis, mais beaucoup de lettres concernent l’écriture, vu la date de départ, et la « gestion » d’une œuvre littéraire.

Une volonté sans fléchissement. Correspondance II 1957-1960

Paris, Gallimard, 2007, 542 p. Texte établi et annoté et préfacé par Joseph Brami et Maurice Delcroix. Edition coordonnée par Colette Gaudin et Rémy Poignault avec la collaboration de Michèle Sarde.

Deuxième des trois tomes qui doivent rendre compte de la correspondance de Yourcenar entre 1951 (sortie de Mémoires d’Hadrien) et 1968 (sortie de L’Œuvre au Noir). Ce second volume va de 1957 à 1960. L’optique de la publication de la correspondance de l’auteur a changé : publication intégrale avec seulement repères chronologiques. Le thème essentiel de cette période épistolaire est la gestion de l’œuvre littéraire et les contacts avec les éditeurs.

Persévérer dans l'être. Correspondance III 1961-1963

Paris, Gallimard, 2011, 501 p. Texte établi et annoté par Joseph Brami et Rémy Poignault Avec la collaboration de Maurice Delcroix, Colette Gaudin et Michèle Sarde. Préface de

Joseph Brami et Michèle Sarde.

Dernier des trois tomes qui doivent rendre compte de la correspondance de Yourcenar entre 1951 (sortie de Mémoires d’Hadrien) et 1968 (sortie de L’Œuvre au Noir). Ce troisième volume va de 1961 à 1963. Pas de thème précis, mais toutes les lettres sont écrites pendant la rédaction de L’Œuvre au Noir en cours d’achèvement.

Correspondance avec Joseph Massabuau

Cidmy, Bruxelles, 2011, 171 pages. Textes établis, annotés et pressentés par Michèle Goslar.

Le livre présente, avec photographies des lettres, la correspondance –restée jusqu’à ce jour inédite– échangée entre 1928 et 1939 entre Marguerite Yourcenar et Joseph Massabuau, avocat d’origine japonaise à la Cour de Paris. Elle est centrée sur la récupération de l’héritage maternel de l’auteur qui avait été confié et mal géré par son demi-frère, Michel Fernand de Crayencour. Elle est surtout intéressante en ce qui concerne les conditions d’existence de l’auteur durant ces années mal connues des biographes, sur ses nombreux déplacements et sa relation avec sa belle-mère, Christine de Crayencour. Une lettre est particulièrement intéressante : celle écrite de 13 janvier 29 pour annoncer à l’avocat la mort, la veille, de son père à Lausanne.

Fédération Wallonie-Bruxelles Commission Communautaire Française Région de Bruxelles-Capitale Ville de BruxellesTwitterFacebook